ARESTA MANIFESTE L’INJUSTICE!

Nous avons mainte fois reçu de plaintes de la part de certains réfugiés des Cape Town nous signalant une administration discriminatoire au sein des organisations qui s’occupent des réfugiés à Cape Town. Nous n’avons souvent pas prêté attention. Mais cette fois-ci un de nos correspondant a pris la décision de le dire tout haut lui-même puisqu’il se dit temoin occulaire de l’injustice qui se propage dans des organisations sensées être équitable devant tout le monde.

C’est le message que vous percevrez en lisant cet article de Eric Mpoyo que nous étalons intégralement.

CSN   

 

Image

 

Eric Mpoyo

La majorité des réfugiés de Cape Town critiquent l’ARESTA qui travaille à 100% avec le HCR  dans tous les niveaux or c’est vraiment une organisation sensée d’aider tous les réfugiés sans exception. Mais disons que c’est le contraire de la réalité qui se fait voir disant surtout certaines communautés connaissant le service que cette organisation offre aux réfugiés pour atténuer la tension afin d’éviter les révoltes. Maintenant, c’est le moment de dire non à l’exploitation de l’homme que cette organisation tenterait de manipuler les autres réfugiés qui n’ont pas de support au HCR maison mère de Prétoria contrairement aux Rwandais, aux Kenyans, aux Ugandais ayant des antennes pour protéger leurs petites organisations qui seraient éparpillées su toute l’étendu du territoire Sud-Africain et voir même partout ailleurs.

Certes, on connait très bien ces jeux depuis GENEVE mais on ne peut pas garder silence car la vérité finira par triompher un jour où les autres couches seront aussi représentées au niveau le plus élevé de l’HCR.

D’où il faudrait visiter ARESTA a Athlone sur First Floor, 3 Beverly Street, Athlone CBD,7764 pour en savoir plus. Il est important que les autres communautés de Cape Town  rejetées par ARESTA aient l’image nette et claire de cette organisation dirigée par Charles Mutabazi un Rwandais, secondé par Fred Bidandi un Ugandais qui n’a pas de pouvoir même si son niveau intellectuel serait plus avancé par rapport à son patron.

Car, le reste serait une équipe mélangée des Rwandais, des Ugandais, un Zibambween et deux Congolais dont l’un de la RDC et l’autre du Brazaville qui auraient comme rôle d’encadrer les nouveaux réfugiés dans le dessein d’apprendre une formation quelconque soit informatique comme un Monsieur nommé Thierry Tsimba Phaka ; coupe et couture pendant que les autres Rwandais, Ugandais mieux placés dans des bureaux c’est à dire dans l’administration gagnant un bon salaire pour mieux survivre comme exemple  Joseph Eliabson (Ugandais)

D’une part, les services que cette organisation doit pourvoir aux réfugiés sont nombreux et équitables. Mais hélas! l’équation est dévenue trop compliquée voir même très critique du fait que l’injustice se fait voir du jour aux jour la où certaines couches des réfugiés sont mal-servies ; par exemple la couche Congolaise ose croire surtout que se présenter au bureau d’ARESTA tous les jours rien que pour recevoir une caution d’études selon le budget prévu par ARESTA qui serait transférable à un centre de formation variant de R1000 a R 4000, moyennant  des conditions pour camoufler le refus d’octroie de cette caution ou bien accéder à une formation quelconque que l’on donne sur place aux réfugiés laquelle formation même payable par les réfugiés pauvres sans emploi. Cela en outre montre que ARESTA a dévié de ces objectifs de pourvoir des services fiables et équitables.

 Ceci prouve clairement qu’au sein de cette organisation l’on aspire à une double escroquerie et aussi à l’exploitation de l’homme que celle-ci utilise pour aveugler gentiment les réfugiés et surtout de prendre leurs biens d’une manière indirecte.

D’autre part, ARESTA et FORUM DE REFUGIES à Wynberg y compris HCR de Cape Town dirigé comme d’habitude par un Ugandais à la personne dénommée PATRICK. Qui lui aussi étant un haut cadre représentant  l’HCR depuis Prétoria ayant les mêmes ambitions de nuire les autres communautés vulnérables.

 

De tout ce qui précède,  Patrick ayant le devoir d’assumer une lourde tâche au sein du HCR depuis Prétoria afin d’aider les réfugiés en général, mais au lieu de combattre l’injustice notoire au sein des autres petites organisations, lui fait l’aveugle pour protéger son clan déjà éparpillé en Europe  aux Etats-unis et Canada voir même en Australie pour des raisons de refuge par le moyen de la réinstallation. Or, ce qui est évident c’est d’aider mutuellement toutes les organisations existantes sans exception ni partie pris. Dans son cas, le problème n’est pas clair du fait ce sont les Rwandais, Ugandais, Burundais, voir même les somaliens qui accèdent librement à la réinstallation que le HCR accorde à tout réfugié sans condition mais moyennant des critères donnés. Signalons surtout que les Rwandais et  les Ugandais ne cessent pas de manifester leur injustice voir même le tribalisme vis à vis des autres nations ayant droit de l’obtention de la dite réinstallation.

Pour le cas des Congolais, selon les plaintes reçues dans la communauté Congolaise Charles et Patrick ne voulaient surtout pas collaborer avec une masse congolaise parce que, selon eux,cette couche congolaise n’a pas de secrets pour bien sauvegarder clairement leurs affaires dans l’accomplissement de leur travail.

En effet, la preuve en est que pour les interviews du HCR organisées à Cape Town avec certitude surtout ce sont des Somaliens, Burundais, Ugandais et Rwandais qui font  ces interviews et passent facilement pour le voyage parce que C’est Alphonse Munyanyazi un Rwandais qui est le chef  représentant du HCR en RSA.

Si loin de tout c’est Alphonse qui approuve toute demande après qu’il soit reçu dans les différents bureaux à Cape Town parmi lesquels citons: ARESTA chapeauté par son frère Rwandais Charles Mutabazi ainsi que le FORUM DES REFUGIES à Wynberg et même le bureau représentatif de l’ HCR à Cape Town.

 

En somme, nous demandons à toutes les communautés fonctionnant à Cape Town aspirant au changement et au mode de vie de tout refugié de faire face aux exploitations Rwandaises et Ugandaises qui nous manipulent et nous dominent sans le savoir. Ces deux organisations initient tantôt des séances des séminaires avec toutes les communautés prétendant leur porter assistance après ces rencontres ou séminaires mais ces organisations utilisent ces stratégies  pour faire leurs rapports qui seront donnés à l’HCR et recevoir beaucoup de dons de la part de leurs bourreaux pour s’enrichir de plus en plus au détriment des refugiés vulnérables.

Par exemple, après des rencontres à maintes reprises avec les communautés le HCR avait octroyé un lot des ordinateurs et une grosse enveloppe d’argent  à ARESTA l’année passée. Les Rwandais, Burundais et Ugandais reçoivent facilement des bourses pour étudier dans différentes Universités en RSA  du fait que le numéro1 de l’HCR à Pretoria est du clan Rwandais en complicité avec DAFI, alors que les Congolais sont à compter au bout du doigt.

Surprise mais vrai! On est au courant de tout ce qui se passe et que chaque communauté doit s’en occuper de son peuple c’est-à-dire les problèmes congolais doivent être résolus dans une organisation Congolaise et les autres organisations de même. Maintenant, nous disons aisément et clairement que pas question d’ARESTA, FORUM DE WYNBERG, HCR CAPE TOWN. Soyons tous unis pour combattre cette épidémie d’exploitation que nos frères Rwandais et Ugandais amènent sur le fief de Nelson Mandela.

Now that game is over then we will go further in order to be free. Enough is enough said Eric Mpoyo.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s