La voix des congolais entendue au Department of Home Affairs

Par Edward Toko Diangani Watezwa

untitled
Les membres de l’ONG Congo For Peace Without Borders

Le ministère du Home Af-fairs, sous la conduite de son excellence monsieur le mi-nistre avait tenu un dialogue avec les leaders des commu-nautés des émigrés en RSA ce Vendredi 16 Septembre 2016 à Johannesburg com-me certains ont bien suivi dans les chaines de télévi-sion sud-africaines. Cette réunion faisait suite à la mar-che de protestation que CONGO FOR PEACE WI-THOUT BORDERS, une Or-ganisation enregistrée avec le gouvernement Sud-Africain et bien assise en Afrique du Sud avait organi-sé le 29 juillet 2016 à Prétoria. Cette marche avait commencé par les bureaux du United Na-tions High Commissioner for Refugees (UNHCR) pour se terminer au ministère du Home Affairs, et, un mémorandum de demande avait été soumis en bonne et due forme. Fort est de constater que le ministre du Home Affairs avait pris très au sérieux les demandes des Congolais qui exigeaient une réponse de leur démarche au plus tard le 30 septembre 2016.

Parmi les revendications des Congolais de CFPWB dans le « Memorandum of Demands » voici celles qui ont déjà trouvé des réponses significatives et très positives :
Les étudiants Congolais qui sont dans les universités sud-africaines dans le domaine de « critical skills » peuvent de-mander directement la résiden-ce permanente.
Une équipe dénommée « task team » mise sur pied et qui comprend le comité de CFPWB et le Home Affairs a pour tâche de travailler en sy-nergie afin que les réfugiés Congolais qui ont des « critical skills » demandent eux aussi la résidence permanente sans passer par la lettre de certifica-tion du Standing Commitee for Refugee Affairs.
La résidence permanente obte-nue sous cette catégorie devra inclure automatiquement toute la famille du récipiendaire.
De ce fait, par exemple, une famille dont le fils ou la fille termine à l’université en RSA dans la catégorie des « critical skills » et qui reçoit la résiden-ce permanente, qualifie auto-matiquement ses parents, ses frères et soeurs ou encore son/sa conjoint(e) et leurs enfants pour la résidence permanente.
Les amples détails ainsi que toutes les discussions avec le ministre seront mis à la dispo-sition des membres de Congo For Peace Without Borders. Ceux des Congolais qui veu-lent rejoindre l’organisation et ipso facto avoir droit au chapi-tre sont priés d’envoyer un courriel en utilisant l’adresse de l’organisation congofor-peace@gmail.com ou à sa page facebook « Congo For Peace Without Borders » afin de recevoir un formulaire d’adhésion qui est encore gratuit pour l’instant.
Nous tenons à dire grand merci, bravo et coup de cha-peau au compatriote Serge Tshibangu, président de no-tre organisation pour ce grand coup de filet. Il est im-portant de rappeler ici que des Congolais en mal de leadership et de positionne-ment s’étaient farouchement opposés à l’organisation de cette marche qui aujourd’hui porte ses premiers fruits. Même ceux qui se sont mis à démobiliser les compatriotes par des messages injurieux sur les réseaux sociaux au point que le bus de 60 places assi-ses loué pour transporter les compatriotes de Johannesburg à Prétoria ne ramena qu’une trentaine vont bénéficier de ces résolutions. Pendant qu’eux se mettent à combattre leurs pro-pres compatriotes pour confir-mer la bêtise selon laquelle l’ennemi du Congolais c’est le Congolais, nous on travaille pour le bien être du Congolais quelles que soient ses convic-tions et ses appartenances.
Que vive Congo For Peace Without Borders, et, à bon en-tendeur salut !

Advertisements

APPEAL FOR URGENT ACTION TO STOP VIOLENCE AND STRENGTHEN THE NATIONAL DIALOGUE IN THE DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO

By Oliver Tshinyoka

5304_340

On the 28th September 2016, theorganizations have sent to H.E. Dr. Nkosazana Dlamini-Zuma, the Chairperson of the African Union Commission a letter titled “APPEAL FOR URGENT ACTION TO STOP VIOLENCE AND STRENGTHEN THE NATIONAL DIALOGUE IN THE DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO” to urge her Excellency to take decisive actions that could avoid chaos in the DRC.

Analyzing the situation, the African civil society organizations have noticed the lack of confidence in the neutrality and impartiality of the facilitator H.E. Mr. Edem Kodjo as he discharges his mandate;  the lack of efforts to ensure the participation of key political opposition figures and civil society groups in the National Dialogue, without which the process is not credible; Delays in the voter registration exercise and uncertainty on the election calendar due to a lack of direction from the Independent National Electoral Commission (CENI) on the election timetable; Ambiguity over whether President Joseph Kabila will be seeking a third term as President.

The analysis is followed by 4 clear recommendations’:

  • To Reinforce the importance of the right to peaceful demonstration, to publicly call on the Congolese security forces to refrain from excessive use of force against protesters, and warn that such violations are unacceptable.
  • Call on the Government of the DRC to guarantee the people’s right to freedom of expression and to open the media space.
  • Actively foster a new, all-inclusive and credible National Dialogue, which includes key opposition parties and civil society.
  • Closely work with the Support Group for the Facilitation of the National Dialogue in the DRC to appoint a new mediator for fresh political talks.

You may get the letter on the following link.

joint-letter-to-dr-nkosazana-dlamini-zuma-eng-signed