Congo: its past, present and link to Hiroshima

Dr Susan Williams

On 6 August – Hiroshima Day – I participated in a groundbreaking event at the South African Museum in Cape Town entitled ‘The Missing Link: Peace and Security Surrounding Uranium’. The event had been organised by the Congolese Civil Society of South Africa (CCSSA) to put a spotlight on the link between Japan and the Democratic Republic of Congo (DRC): that the uranium used to build the atomic bomb dropped on Hiroshima came from the Shinkolobwe mine in the province of Katanga. This was the richest uranium in the world, an average of 65 per cent uranium oxide, in comparison with American or Canadian ore, which contained less than one per cent.

shinko5
The former Shinkolobwe Mine

The mine is now closed, but its existence put it at the centre of the Manhattan Project in the Second World War, when the Congo was a Belgian colony and the Congolese suffered from the harsh colonial reality of racism, segregation and extreme inequities. Following the war, the mine became a focus for the Cold War conflict between the superpowers. Today, freelance miners, desperate to earn a living, still go to the site to dig out uranium and cobalt, at severe risk to their health.

The CCSSA seeks to bring together the DRC community living in the Cape Town area. In February this year they presented a memorandum to the South African Parliament, asking for support for human rights and democracy in DRC. The organisers[i] believe that the uniqueness of Shinkolobwe’s ore has had a destructive impact on their history and they held their first Missing Link event last year, at the University of Cape Town. This developed out of a proposal by Isaiah Mombilo, the CCSSA General Secretary, to the Scalabrini Centre, a secular non-government organisation in Cape Town established by the Scalabrini Fathers, which cares for the needs of migrants and refugees from African nations. The CCSSA is based at the Scalabrini Centre.

The second Missing Link event was much more ambitious than the first. The lecture hall at the museum was packed with Congolese, including families with children, and other members of the public. A number of people hailed from the area around Likasi, the nearest town to Shinkolobwe. Posters were put on the walls, including the flags of Japan and DRC, next to each other. Many women wore striking and brightly-coloured kangas.

I had been invited to the event because my new book, Spies in the Congo, centres on America’s efforts to secure all the uranium in the Belgian Congo, following Einstein’s warning of the risk that Nazi Germany was building an atomic bomb. The US arranged for its wartime intelligence agency, the Office of Strategic Services, to send some agents to the Congo to protect the transit of the ore and to prevent smuggling to Germany. The story of these courageous agents – and the dangers they encountered from Nazi sympathisers in the mining multi-nationals and the Belgian colonial administration – has been secret until now.

Haunted by the ghost of Hiroshima
Also secret, for many long years, was the reliance of the American atomic project on Congolese ore. Following Hiroshima, a statement by Churchill drew attention to the ‘indispensable raw material for the project’ provided by Canada, but made no mention of the Congo. The impact on DRC has been largely invisible to the wider world. But in the local community, it was fully apparent. Oliver Tshinyoka, a journalist in the CCSSA, grew up close to Shinkolobwe, which he describes as a deserted place where vegetation blankets empty homes. His profound words end my book: ‘Shinkolobwe has never been commemorated. The town is dead and is haunted by the ghost of Hiroshima.’

There was little in the way of health and safety precautions. Speakers at the Missing Link event told of the deformities and illness caused by working in the mine and living near it.  Sylvie Bambemba Mwela spoke with pain of her grandfather, who had been poisoned by radiation and had a piece of brain coming out of his mouth. People nodded in vigorous assent to the statement that when a miner went near a television, he caused severe interference with reception. There were sad references to genetically inherited malformations.

Poems had been written for the event, including Shinkolobwe’s Tear by 14-year-old Benina Mombilo. ‘When the predator took Africa’s mines,’ she stated quietly to a spellbound audience, ‘he left behind death, poverty, conflict and war.’ Christian Sita Mampuya observed thoughtfully that none of the people living in the Likasi area had been consulted on why the uranium was mined. Nor, he added, are there any records available about the impact on DRC of the exposure to radiation over the last seven decades.

Léonard Mulunda, in a trenchant political analysis, insisted firmly that the Congolese must take responsibility for themselves, for their own welfare and government. But he noted that DRC’s lack of information about its past makes it difficult for the Congolese to plan for the present and the future. For this reason, he emphasised the significance and value of the Missing Link event.

Its importance was also highlighted this month in the USA – by Dr Akiko Mikamo, the author of Rising from the Ashes, whose father Shinji Mikamo is one of the Hibakusha, who are the survivors of Hiroshima. Last year, the Institute of Commonwealth Studies and the United Nations Association Westminster Branch invited Dr Mikamo to give a keynote speech at a conference at the School of Advanced Study on nuclear politics and the historical record. Here she learned about the Congo-Hiroshima link for the first time. ‘None of the Hiroshima and Nagasaki survivors I was in contact with,’ she has explained, ‘had any knowledge of it.’

‘A searching and constructive examination of the past’
Dr Mikamo introduced this story and the CCSSA’s efforts to the International Peace and Humanity Day 2016, a Peace Forum held this month by the non-profit organisation, San Diego-WISH (Worldwide Initiative to Safeguard Humanity). ‘It is very important,’ observes Dr Mikamo, ‘that we learn also about the people and regions that are not widely known or “big players” in history textbooks. But those people’s lives have been significantly affected, and it has serious implications for our global society’s future. I received many comments from those who attended that it was extremely educational and inspirational to learn about The Missing Link.’

This global connection came full circle at Cape Town’s Missing Link event, where warm and appreciative references were made to Dr Mikamo’s work.

The sufferings generated from Congo’s uranium featured in the singing and dancing during the interval. One song was entitled ‘La peine et la generation suivante de Shinkolobwe’. A deeply moving contribution was a poem entitled A Bomb Fashioned out of Dirt, which was delivered with great power by Beauty Gloria Kalenga and brought tears to many of our eyes.  This dirt, she said, using another name for the mine and playing on its meaning, was ‘a fruit that scalds known as Shikolombwe’.

The question period was a time of dignified and respectful dialogue, when many engaged with the issues faced by DRC at this moment, especially in relation to the presidency of Joseph Kabila. Some argued that Shinkolobwe’s miners and their families should be compensated by the Belgian and US governments, but there was a consensus that compensation should be postponed until there are mechanisms to ensure it is received by the victims. The formal part of the event was brought to an end with words by Neil Goodwin, the Human Rights officer at the Scalabrini Centre, and Fidèle Kalombo. But people were still eager to speak and at the reception, conversation was animated.

The Missing Link event was a searching and constructive examination of the past and its relationship to the present. It seemed to me to exemplify the value of public engagement at its best, where everyone listens and interacts and benefits together. Isaiah Mombilo, speaking on behalf of the CCSSA, said he was proud that DRC’s role in the history of the world was witnessed so successfully on Hiroshima Day in Cape Town this month. It was a way, he believed, of ‘claiming Shinkolobwe’s tears’. But this, he added, was only the beginning: ‘There is more to say.’

SW photo 28-04-16.jpg

Dr Susan Williams is a historian, historical advisor and senior research fellow at the Institute of Commonwealth Studies, a member of the University of London’s School of Advanced Study. She is particularly interested in the strands of the past that have been neglected or concealed and in the voices that have not been heard, such as those of the colonised. Her recent book, Spies on the Congo: America’s Atomic Mission in World War II, looks at espionage in the Belgian Congo during the Second World War, in the context of global power struggles, the European colonial presence in Africa, and the competition for strategic raw materials. A film entitled A United Kingdom, based on Colour Bar, Dr Williams’s book about Sir Seretse Khama, Botswana’s founding president, is soon to be released. Her book, Who Killed Hammarskjöld? The UN, the Cold War and Supremacy in Africa, triggered a new UN inquiry in 2015 into the death in Zambia in 1961 of UN Secretary General Dag Hammarskjöld.

Image: Members of the Congolese Civil Society of South Africa holding a model of Africa showing the nuclear shadow, 6 August 2016

RDC: la CENCO demande au peuple de chasser Kabila après le 19 décembre

Eveque-Cenco
Les Evêques de la République Démocratique du Congo

Préambule
1.      Réunis en Assemblée Plénière ordinaire à Kinshasa, du 20 au 24 juin 2016, Nous, Cardinal,  Archevêques et Evêques, membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), avons saisi cette occasion pour réfléchir sur la situation critique que traverse notre pays, suite au , blocage du processus électoral. Cette situation inquiétante qui risque de plonger le pays dans le chaos, interpelle tous les Congolais et congolaises, et engage en premier lieu, la responsabilité des acteurs politiques. Solidaires du destin de notre peuple et préoccupés par la tournure des événements, nous avons, dans la prière, tourné nos regards vers le Seigneur, Maître des temps et de l’histoire, pour lui confier notre pays. Mus par cette foi en Dieu, nous adressons cette exhortation à tous les fils et filles de la RD Congo pour un sursaut patriotique en vue de sauver la Nation en danger!

2.      Nous rendons grâce au Seigneur pour tous les pas déjà franchis par
notre pays dans le processus de la démocratisation qui doit se
consolider et se poursuivre. En tant que pasteurs, notre rôle n’est
pas de promouvoir une quelconque idéologie ni de parrainer
politiquement des individus ou des groupes pour l’accès ou le maintien
au pouvoir. Notre rôle est d’accompagner les acteurs politiques, de
toutes tendances, à s’acquitter consciencieusement de leur mission
d’être au service du bien commun.
3.      Nous remercions tous ceux qui ont pris l’initiative de nous
partager leurs préoccupations et leurs attentes, ainsi que ceux qui
ont répondu à notre invitation pour échanger sur la crise que traverse
notre pays. Cela témoigne du capital de confiance placé en l’Eglise
catholique, et en même temps nous interpelle comme pasteurs.

Visage de la crise
4. La crise actuelle ne résulte-t-elle pas du blocage du processus
électoral? En effet, alors que les échéances électorales prévues par
la Constitution sont imminentes, on constate un retard accablant dans
l’organisation des scrutins. Le peuple congolais s’interroge: ce
retard serait-il dû à un déficit de bonne gouvernance, à un cas de
force majeure, ou à un manque de volonté politique délibéré? Le
dialogue, voie royale en démocratie pour résoudre les problèmes,
semble lui aussi être dans l’impasse. Depuis son annonce par le Président de
la République et la nomination du facilitateur, les acteurs politiques
congolais peinent à s’accorder pour baliser de manière consensuelle le
chemin d’un processus électoral crédible et apaisé.

5. En outre, la réduction sensible de l’espace démocratique, la
multiplication inquiétante de violations des droits humains, les
massacres ignobles et l’insécurité croissante dans la région Est du
pays, la dépréciation de la monnaie nationale face aux devises
étrangères, le dédoublement des partis politiques, ne sont pas de
nature à apaiser les esprits. En même temps, la souffrance de la
population ne fait qu’empirer. Le peuple se voit sacrifié sur l’autel
des intérêts des politiciens.

Pistes de solutions
6. Que devons-nous faire pour sortir de la crise actuelle? En tant que
pasteurs d’âmes, nous n’avons pas la prétention d’apporter une
solution technique et politique au problème. Cependant, réconfortés
dans notre ministère pastoral à être des veilleurs, « des hommes
d’espérance pour notre peuple» et à apporter notre contribution pour
l’avenir heureux de notre nation, nous voulons rappeler à notre Peuple
et à nos Gouvernants, des exigences fondamentales qui ! doivent être
honorées, afin de parvenir à une sortie de crise susceptible de
relancer le processus électoral dans un climat apaisé.

10  Respecter la Constitution

  1. Il nous faut impérativement revenir au respect de la Constitution,
    socle de notre Nation’ qui, dans ses articles verrouillés, a coulé les
    options fondamentales concernant notamment le nombre et la durée des
    mandats du Président de la République. Tirant les leçons des
    expériences politiques malheureuses de la Première et de la Deuxième
    République, ces options fondamentales préservent la cohésion nationale
    et donnent à notre pays, toutes les chances de se construire sur des
    bases solides. Elles s’imposent à tous. Aussi, appelons-nous nos
    dirigeants au sens de la responsabilité républicaine et patriotique en
    vue d’accepter l’alternance au pouvoir comme fondement d’une vie
    démocratique. Vouloir agir autrement, c’est non seulement aggraver la
    crise actuelle mais plus encore marcher contre la volonté du Peuple,
    souverain primaire qui a fait son choix: ce serait donc une haute
    trahison à la Nation (Cr. Art. 220).

2° Aller au dialogue

  1. A l’heure actuelle, le dialogue politique des forces vives de la
    Nation dans le respect des fondamentaux de la Constitution, choix du
    Peuple, s’avère la voie incontournable pour éviter le chaos. Aussi,
    exhortons-nous les acteurs politiques à mettre fin aux manoeuvres
    dilatoires et à se mettre autour d’une table avec le Facilitateur
    nommé pour se parler en face, en vue de dégager un consensus pour
    l’organisation des élections libres, démocratiques et i transparentes
    dans le respect de la Constitution. La responsabilité des acteurs
    politiques de toutes tendances est engagée. Ils en répondront devant
    l’histoire, si, à cause de leurs intérêts partisans, ils sacrifient la
    paix de la Nation.

3° Répondre au cri de détresse du Peuple
9. La crise qui déchire les politiciens a des répercussions néfastes
sur le vécu quotidien des citoyens congolais. La situation
socio-économique et sécuritaire des populations se dégrade et personne
ne semble considérer sa détresse comme une priorité. Les besoins
sociaux de base, notamment la santé, l’éducation, l’eau, l’électricité
ne sont pas assurés convenablement. Les salaires, déjà modiques, ne
sont plus réguliers. Pendant que des conflits sociaux agitent la
fonction publique, le budget national est revu à la baisse. Le Peuple
lance un cri de détresse à ses Gouvernants. Nous n’ignorons pas les
répercussions, pour notre pays, de la crise actuelle due à la chute
des cours de matières premières. Mais la crise actuelle ne pourra être
résolue si l’on reste sourd au cri de détresse du Peuple.

4° Garantir le respect des droits humains
10. La situation actuelle est exacerbée par la montée des violations
des libertés et le mépris des droits humains les plus élémentaires,
les arrestations arbitraires et les jugements hâtifs ainsi que la
réduction de l’espace médiatique. De telles pratiques compromettent la
démocratisation effective de notre pays. Il est temps de promouvoir
les valeurs démocratiques dans la gestion de l’Etat et de restaurer un
Etat de droit en République Démocratique du Congo. C’est une exigence
de la paix sociale et de la confiance mutuelle indispensables pour un
dialogue sincère.
11. En rappelant ces exigences, nous sommes convaincus que notre
avenir commun n’est pas voué à la fatalité de la violence, ni de
l’affrontement meurtrier. L’espérance chrétienne est un antidote à
toute fatalité. Elle nous apprend que Dieu est à l’oeuvre dans notre
monde meurtri. Elle nous apprend aussi que dans ce monde, des hommes
et des femmes de bonne volonté sont à l’oeuvre pour entreprendre des
actions convergentes de justice et de paix. Nous lançons un appel
pressant à l’endroit des acteurs politiques congolais ainsi que de
ceux de la société civile, à se mettre du côté de ces hommes et femmes
de bonne volonté pour privilégier l’intérêt supérieur de la Nation et
s’engager résolument à trouver une issue heureuse à la crise actuelle.

Recommandations
12. Forts de cet appel, nous recommandons:

• Au Gouvernement de la République
– de garantir le respect de l’éthique et des règles démocratiques dans
la gestion de l’Etat;
– d’assurer aux parties prenantes au processus électoral, un
environnement serein et harmonieux;
– de redoubler d’efforts dans la mobilisation des ressources
matérielles et financières, afin de garantir la tenue, dans les délais
constitutionnels, des élections;
– de mettre fin à toute répression et actes d’intimidation contre ceux
qui expriment une opinion contraire ou différente.

• Aux acteurs politiques congolais
– de cesser de se servir du peuple pour l’inciter à la haine et à la
violence, au tribalisme et au rejet des compatriotes considérés comme
non originaires;
– de débattre publiquement et sérieusement des priorités et des
valeurs sur lesquelles ils entendent bâtir l’avenir de notre pays;
– de dépersonnaliser le débat sur la Constitution et de rechercher de
manière consensuelle le chemin d’un processus électoral crédible et
apaisé;
– de refuser les positions extrémistes dans leur discours comme dans
leur comportement et de faire des concessions nécessaires en vue de
donner une chance à un dialogue national sincère et prometteur d’un
avenir meilleur pour tout le peuple.

• A la CENI
– d’entreprendre sans délai la préparation des prochains scrutins en
privilégiant les opérations techniquement et financièrement les plus
appropriées pour que nous puissions respecter les normes de la
Constitution;
– de jouer en toute indépendance son rôle d’Institution
d’accompagnement de la démocratie en évitant d’être à la solde d’une
quelconque tendance politique.

• A la Communauté Internationale
– d’intensifier ses engagements en appuyant avec des moyens financiers
et logistiques conséquents le processus électoral, en cours en
République Démocratique du Congo;
– d’appuyer davantage le Facilitateur nommé par l’Union africaine et
d’autres initiatives susceptibles de favoriser dans un bref délai, la
tenue du dialogue entre Congolais;
– d’accompagner les organisations de la Société civile dans leur
combat pour le respect des droits humains et dans la formation civique
des populations.

• A la jeunesse
– de ne pas se laisser instrumentaliser, ni manipuler par les acteurs
politiques de quelque tendance que se soit;
– de refuser toute forme de violence.

• Au peuple congolais
–       de se mettre debout et de faire preuve de vigilance et de maturité
pour s’opposer’ par tous les moyens légaux et pacifiques à toute
tentative de mettre à mal l’alternance au pouvoir;
– de participer activement à la campagne d’éducation civique et électorale.

Conclusion
13. Pour notre part, nous organiserons des moments de prière pour un
processus électoral apaisé dans tous les diocèses de notre pays et
veillerons à sauvegarder la liberté et la neutralité de l’Eglise
contre toute forme de récupération. En outre, fidèles à notre mission,
nous entendons prendre des initiatives pour susciter une plus grande
conscience citoyenne, afin d’obtenir, dans le respect de la
Constitution, un consensus politique pour des élections libres et
démocratiques en République Démocratique du Congo.
14. A ce sujet, nous avons lancé la campagne d’Education Civique et
Electorale qui consiste à susciter la réflexion des citoyennes et
citoyens sur leur engagement actif, non-violent, responsable et
généreux, pour améliorer la situation du pays et le développer. Cette
campagne devra contribuer à former la conscience du peuple pour qu’il
contribue à édifier un Etat de droit et qu’il s’implique dans le
processus politique en cours avec une conscience chrétienne bien
avisée.
15. Au regard du dialogue qui tarde à se concrétiser, nous proposons
notre sollicitude pastorale, en appui au facilitateur nommé, pour
favoriser le rapprochement entre acteurs politiques congolais et
obtenir ainsi la tenue de ce dialogue attendu.
16. Nous confions la réussite du processus électoral et l’avenir de
notre pays à l’intercession de la Vierge Marie, Mère de Dieu, Reine de
la paix. Nous prions pour que Dieu prenne en grâce notre peuple et
bénisse notre beau pays!

Fait à Kinshasa, le 24 juin 2016

En la Solennité de la Nativité de Saint Jean-Baptiste

Les Evêques membres de l’Assemblée Plénière de la CENCO présents à la
Session Ordinaire du 20-24 juin 2016

  1. S.E. Mgr DJOMO Nicolas, Evêque de Tshumbe et Président de la CENCO
  2. S.E. Mgr BANGA Joseph,  Evêque de Buta et Vice-Président de la CENCO
  3. S.Em. Laurent Card. MONSENGWO, Archévêque de Kinshasa
  4. S.E. Mgr TAFUNGA Jean-Pierre,  Archévêque de Lubumbashi
  5. S.E. Mgr UTEMBI Marcel, Archévêque de Kisangani
  6. S.E. Mgr MADILA Marcel,  Archévêque de Kananga
  7. S.E. Mgr MAROY François-Xavier, Archévêque de Bukavu
  8. S.E. Mgr MUNUNU Edouard,  Evêque de Kikwit
  9. S.E. Mgr MULUMBA Gérard,  Zvêque de Mweka
  10. S.E. Mgr NGOY Nestor,  Evêque de Kolwezi
  11. S.E. Mgr KALALA Jean-Anatole, Evêque de Kamina
  12. S.E. Mgr NKIERE Philippe, Evêque d’Inongo
  13. S.E. Mgr MOKOBE Joseph, Evêque de Bansankusu
  14. S.E. Mgr DOMBA Richard,  Evêque de Dungu-Doruma
  15. S.E. Mgr NSIELELE Fidèle, Evêque de Kisantu
  16. S.E. Mgr MASENGO Valentin, Evêque de Kabinda
    17.SE. Mgr KABOY Théophile,  Evêque de Goma
  17. S.E. Mgr NZALA Louis, Evêque de Popokabaka
  18. S.E. Mgr KATAKA Janvier,  Evêque de Wamba
  19. S.E. Mgr MBUKA Cyprien, Evêque de Boma
  20. S.E. Mgr MUDISO Gaspard, Evêque de Kenge
  21. S.E. Mgr KASANDA Bernard, Evêque de Mbujimayi
  22. S.E. Mgr SIKULI Melchisédech,  Evêque de Beni-Butembo
  23. S.E. Mgr NLANDU Daniel, Evêque  de Matadi
  24. S.E. Mgr BULAMATARI Dominique, Evêque de Molegbe
  25. S.E. Mgr ANDAVO Julien,  Evêque de  d’Isiro-Niangara
  26. S.E. Mgr RUVEZI Gaston, Evêque de Kipushi-Sakania
  27. S.E. Mgr AMBONGO Fridolin, Evêque de Bokungu-Ikela et
    Administrateur Apostolique de Mbandaka-Bikoro
  28. S.E. Mgr KWANGA Vincent de Paul, Evêque de Manono
  29. S.E. Mgr URINGI Dieudonné,  Evêque de Bunia
  30. S.E. Mgr MUTEBA Fulgence, Evêque de Kilwa-Kasenga
  31. S.E. Mgr TSHITOKO Pierre-Célestin, Evêque de Luebo
  32. S.E. Mgr TEMBO Philibert,  Evêque de Budjala
  33. S.E. Mgr NGOY Oscar, Evêque de Kongolo
  34. S.E. Mgr NGUMBI Willy,  Evêque de Kindu
  35. S.E. Mgr UNG’EYOWUN Etienne, Evêque de Bondo
  36. S.E. Mgr MOKO José,  Evêque d’Idiofa
  37. S.E. Mgr AYIKULI Sosthène, Evêque de Mahagi-Nioka
  38. S.E. Mgr MUYENGO Sébastien, Evêque d’Uvira
  39. S.E. Mgr MWANAMA Félicien,  Evêque de Luiza
  40. S.E. Mgr LUBAMBA Placide,  Evêque de Kasongo
  41. S.E. Mgr NADONYE Jean-Bertin, Evêque de Lolo
  42. S.E. Mgr NGBOKO Ernest, Evêque de Lisala
  43. S.E. Mgr AMADE Jean-Chrisostophe, Evêque de Kalemie-Kirungu
  44. S.R Mgr KIBAL Emery, Evêque de Kole
  45. S.E. Mgr KISONGA Edouard, Evêque Auxiliaire de Kinshasa
  46. S.E. Mgr BODIKA Timothée, Evêque Auxiliaire de Kinshasa
  47. S.E. Mgr BAFUIDINSONI Donatien, Evêque Auxiliaire de Kinshasa
  48. S.E. Mgr KWAMBAMBA Jean-Pierre, Evêque Auxiliaire de Kinshasa
  49. S.E. Mgr Dieudonné MADRAPILE,  Evêque nommé d’Isangi.

Zuma choisit « Joseph Kabila », selon Jeune Afrique. Et il le dit à Paris

Par Mufoncol Tshiyoyo, 

” Le maintien de Joseph Kabila à la tête de la RD Congo au-delà de la fin de son mandat, le 19 décembre ?« Laissez-nous gérer cette question entre Africains », a dit sans détour Jacob Zuma à François Hollande en tête à tête le 11 juillet, lors de sa visite officielle en France. Sous-entendu : « Vous, les Blancs, ne vous mêlez pas de cela.” (Source Jeune Afrique, Publié le 21 juillet 2016 à 07h56)

François Hollande et Jacob Zuma à Paris

En reprenant sur notre mur cette information qui a été diffusée par Jeune Afrique, nous signalons que l’accent n’est pas mis sur le départ ou le maintien de “Joseph Kabila” à la tête du Congo-Kinshasa. Pour notre jeunesse, et au nom de qui nous parlons, Jeune Afrique par Zuma interposé, repose, bien sûr à sa manière, la question de qui contrôle le Congo-Kinshasa. Et à ce sujet, personne ne saura avouer au peuple du Congo-Kinshasa que Zuma, qui est de nationalité sud-africaine, représente la constitution du Congo-Kinshasa derrière laquelle la classe politique et une bonne partie de l’élite congolaises ont souvent caché leur impuissance. En effet, l’avènement comme le maintien de « Joseph Kabila » là où il est perché à Kinshasa n’a jamais été régi, et ne le sera jamais par un document juridique, qui à l’occasion parait juste comme un habillement qui accompagne l’expression d’une volonté politique extérieure.

La sortie de Zuma, et encore à Paris, alors que certains d’entre nous y sont passés pour quémander ce type de pouvoir, ne vient que confirmer ce que tout le monde a toujours su dans ce pays, même si beaucoup simulent l’ignorance. Et tant que nous comme peuples, et avec ce leadership qui s’affiche au-devant de ce même peuple, nous n’oserions nommer l’adversaire, tant que notre faiblesse sera voilée derrière la constitution, le discours juridique et le juridisme, tant que nous refuserons de parler de Paul Kagamé, du Rwanda, de Tony Blair et de Bill Clinton, par crainte de représailles et de dire la vérité à notre peuple, les Congolais resteront là à chanter le dialogue, la transition tandis que le débat est ailleurs. Il est d’un autre genre.

Construisons l’avenir, réinventons la lutte, c’est notre invitation à la transcendance comme unique possibilité de notre existence comme un tout identitaire, comme une nation, comme un peuple souverain et digne.

EXTREMELY URGENT! KIGALI SENDS OF CHEMICAL WEAPONS TO MASISI!

13139289_1017364524965869_8206509979522754175_n
The victims of the last massacre of Beni. Please Visit the facebook page “BENI DRC” to see what it was like.  Peace and Justice is needed in DRC!

By Kyavaghendi Baudouin, on the 26th May 2016

Beni/Benilubero

The vigilance of the primary sovereign Beni gives himself no rest. The image is against that of a killer of civilians in Beni, the population has captured this Thursday, May 19, 2016. The evidence of this criminal continues to confirm the information that the indigenous have continued to deliver on the real identity of people who turned Beni territory in human slaughter.
This thief confesses: “I am Rwandan. I was recruited in Masaka, Uganda. Those who negotiated me made me believe that there is a job, a mission in Congo (R.D.C). They guaranteed me that I will be paid a monthly salary of four hundred dollars ($ 400 US) … “It is a Rwandan refugee who was originally attached to Nakivale refugee camp in Isingiro District, adjacent to the Masaka and Mbarara. Following this popular interrogation, the criminal was taken to security officials. Now we can understand why the population of Beni has persisted in exposing his killers are from Rwanda and Uganda, there is an indigenous extermination plan and occupancy project or Balkanization started unbeknownst to the Congolese.

Perhaps the testimony of the population reporting punctually as the killers often operated using language Kinyarwanda was not enough to convince their Rwandan identity. But today what resistance could we oppose this truth, when intercepted killer has the courage to personally accountable for his Rwandan identity? Therefore, the Congolese government no longer has the right to continue to fool opinions by a presumption of language – a clear sign of abdication of its responsibilities -; because there is too much with the term “suspected ADF / NALU” deliberately forged to keep awareness of the truth.
The Congolese population as a whole is looking forward to international investigations demanded by the local community of Beni-Lubero, in order to establish the share of each of responsibility in the massacres that eliminated innocently so many lives.

French Version: Ce n’est pas une illusion ! Trois sources se trouvant dans la haute sphère politique et sécuritaire du Rwanda ont tenu à alerter les services de Beni-Lubero Online à Kigali et à Gisenyi d’une menace d’utilisation des armes de destruction massive que le Rwanda a décidée d’engager contre la population congolaise du Nord-Kivu. Concrètement,

Moïse Katumbi, a candidate to the 2016 presidency in DRC

moise_katumbi_chapwe_katanga_mazembe
Moïse Katumbi Chapwe
OT Mulombo

Since Moïse Katumbi has declared officially  not being anymore  a member of the  Presidential Majority in the Democratic Republic of Congo,  series of scenario to get rid of him has followed.  He was first pushed to resign as a governor of the Katanga province followed by the suspension of  all his closest collaborators; then he was accused of  failing the governance  of the province.

The  latest came on the 4th May  2016. It is an allegation  accusing him of recruiting  mercenaries.  Informed about the situation, the minister of Justice Thambo Mwamba, authorized an urgent enquiry while the police was unsuccessfully surrounding the 5th May 2016 Katumbi’s residence in order to arrest him.  An alert message was spread over the social networks that made Congolese people awake.

The question is Why only Moïse Katumbi, and why only now?

 

 

Le Congolais de la RSA face à se responsabilités: Une réflexion de Monsieur Toko Watezwa

10460377_803842556305787_7977526606489861023_n
Toko Watezwa

Nous voulons faire une réflexion sur les responsabilités du Congolais vivant en RSA face à lui-même et face à sa patrie. Je suis de l’avis que le Congolais doit apprendre à s’aimer tout d’abord, aimer sa patrie et ses concitoyens et ainsi prendre réellement  conscience de lui-même s’il veut se montrer responsable. C’est seulement quand ce dernier arrivera à la responsabilité individuelle et collective qu’il peut être effectivement instrument à son épanouissement et à celui de la communauté Congolaise.

Le Congolais ne s’aime pas assez et il n’aime ni sa patrie et encore moins ses concitoyens. Les propos tels que « je n’aime pas les congolais », « je n’aime pas le milieu des congolais » ou encore « l’ennemi du congolais c’est le congolais » sont présents dans le jargon de la plupart des congolais. Et puisque la parole s’associe toujours à l’acte, ces propos ont des conséquences tellement néfastes dans la communauté congolaise que la solidarité légendaire dont on nous reconnait comme bantus n’existe quasiment guère dans la communauté congolaise. Le congolais qui a une connection de boulot ou des certains avantages dans notre vie d’étrangers évite à tout prix d’associer ses compatriotes. Bien au contraire il se plait de la misère de son compère oubliant le fameux adage qui dit qu’il est malheureux d’être heureux tout seul. Dans le pire des cas, quand on vous entend parler la langue du pays on fait une prétention comme si on ne comprenait rien alors que le Sud-africain se plait de pratiquer certains mots de Lingala ou de swahili. Un congolais qui se trouve frappé par un malheur ou une quelconque difficulté, s’il trouve du soutien, c’est de la part des proches de sa tribu, comme pour dire que le Congo comme nation est encore hypothétique.

Dans les universités, hôpitaux et secteurs économiques de ce pays on trouve des Congolais qui sont une fierté de l’élite congolaise par le travail excellent et les positions qu’ils occupent. Et la quasi-totalité de ces compatriotes sont des ressortissants de nos universités Congolaises avant leur spécialisation dans les institutions Sud-africaines. Savez-vous que le chef de département de la médecine nucléaire à l’université de Johannesburg et le chef de département de la faculté des mathématiques à l’Université de Prétoria sont tous les deux des congolais diplômés de l’université de Kinshasa? On ne cite que ceux-là puisque la liste est très longue.

Les amis d’autres communautés africaines ne cessent de nous vanter alors qu’au-dedans de nous, on est des frères ennemis, s’entredéchirant pour des banalités dans la plupart de cas.   Il est un fait déplorable que les congolais, malgré toutes ces têtes bien faites et ces spécialités, ne se sont jamais mis en association pour un investissement.  Je ne connais pas un seul hôpital privé des Congolais ici à l’instar de nos frères Nigérians, ni un business solide des Congolais en dehors de quelques petites agences de certains individus.

Le Congolais, bon consommateur de fufu, mpiodi, makayabu, pondu, mipanzi et autres a imposé la vente de ces produits dans le marché Sud-africain mais lui-même n’en bénéficie jamais. La farine de maïs, c’est vrai qu’il se trouvait sur le marché mais dans des petits emballages. S’il en existe aujourd’hui en sacs de 25 et 50 kg c’est à partir de notre consommation.

Je partage ici une réflexion d’un compatriote que j’ai beaucoup aimé. J’étais tellement touché par cette dernière que je me suis dit qu’il y encore des compatriotes qui réfléchissent bien  et qui sont à même d’apporter un plus. Il est de notre race ce compatriote, c’est-à-dire qu’il se recrute parmi les congolais qui ont une vision positive et qui croient que nous pouvons bien relever plusieurs défis.

Voici la réflexion :

« Si des Congolais se cotisent, trouvent un fond et ouvrent un magasin de vente de fufu par exemple et que toute la communauté congolaise s’accorde à n’acheter cette importante denrée que dans ce magasin qui, à la longue aura des extensions dans toutes les grandes villes, les sociétés de production de la farine de maïs finiront par donner un quota de distribution de ce produit puisque vendu en grande quantité. Le fufu coûtera donc moins cher dans ce magasin. Des familles congolaises auront de l’emploi et le Congolais commencera à se constituer un lobby financier au point que sa voix sera dès lors entendu, tant sur le plan interne que sur le plan externe jusqu’à impacter la situation de notre pays. »

A mon avis, si jamais la vision de notre frère se réalisait, on aura résolu plusieurs équations par cette opération et le Congolais prendra de la valeur à telle enseigne que la police ne va plus le ramasser dans les rues et boutiques de Johannesburg comme c’était le cas après les élections de 2011.

Le congolais doit cesser de se plaire à constater que les autres émigrés sont tellement solidaires qu’ils s’arrangent toujours à expédier le cadavre de ceux qui sont morts chez eux sans en tirer une leçon et copier le bon exemple. Jusqu’à quand le congolais comprendra-t-il qu’il est et demeure l’artisan principal de son propre bonheur ?

Tel est le défi que je jette sur le Congolais de l’Afrique du Sud. J’invite ici cette minorité qui croit que nous pouvons refaire ce qui est mal parti à s’organiser pour accomplir des grands projets pour le grand bien de tout Congolais. Le Congolais doit transcender l’individualisme s’il se veut grand. Il n’est pas un pêché de copier le bon exemple et la manière de faire des autres. J’en appelle à l’intellectuel Congolais avec tous les « skills » que nous avons de commencer à raisonner autrement.

Pour conclure, je vais vous partager ce que j’avais retenu des interviews des deux grands musiciens africains pour qu’on essaie de tirer des leçons. Youssu Ndour et Koffi Olomide à qui on avait posé la question de savoir comment ils avaient investi la fortune qu’ils ont amassée dans leur carrière ont donné des réponses très diversifiées. Le premier a dit qu’il a construit une université dans son village alors que notre frère, lui a parlé de ses maisons à mont fleuri et Ma Campagne. Allez-y comprendre quelque chose ! Quand le Sénégalais pense à sa communauté le Congolais lui ne se limite qu’à lui-même comme pour dire que c’est l’état qui doit penser à ma communauté, pas moi.

Pour bâtir un pays plus beau qu’avant comme nous le chantons dans l’hymne national nous devons apprendre à nous aimer, aimer notre prochain et notre patrie. Et comme l’amour doit se matérialiser, l’unique façon de montrer que nous aimons notre patrie c’est de raisonner et agir comme le Sénégalais qui a fait du bien à toute une communauté et cela pour plusieurs générations. C’est ce que je crois que le Congolais de la RSA doit apporter à la communauté Congolaise d’ici et celle du pays si nous voulons léguer un meilleur environnement aux générations à venir.